dimanche 5 août 2012

Critique littéraire de "Comment garder sa moitié" par Corinne Zogata

Une lectrice, Corinne Zogata, nous offre cette critique littéraire de "Comment garder sa moitié"



Rédiger un vaudeville en alexandrins, et à plusieurs mains, il fallait oser, les Apéciens l’ont fait. On pouvait s’attendre  à une création improbable et pourtant, quelle prouesse dans cette écriture collective ! La forme poétique adoptée permet cohésion et continuité dans les enchaînements des différents styles propres à chacun des poètes.

Le contraste entre le fond et la forme reste surprenant et cependant l’alliance fait merveille. On retrouve, en effet, le thème central du vaudeville en les personnages composant le trio habituel : La femme, l’amant potentiel et le mari ; le comique de situation : L’homme déguisé en femme pour côtoyer celle qu’il convoite … Quant à la forme, elle peut nous déstabiliser, les pièces écrites en alexandrins étant plutôt réservées à la tragédie. Je n’ai justement pu m’empêcher de voir des réminiscences de la Phèdre de Racine dans certaines répliques de Domi :
Domi : « Orbel, ma sœur … Phèdre : « Ariane, ma sœur …
Domi : « Je t’ai vexé, pardon, et j’en suis cramoisie …
Domi : « Hier, je rougissais, puis devenait livide …
Phèdre : « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue …

Cette petite pièce ( à mon avis trop courte ) se lit d’une traite comme l’on boirait un rafraîchissement. Les poètes s’amusent et le lecteur tout autant en sirotant ce mélange détonnant.

Une dernière remarque : l’écriture est parfaitement maîtrisée et honore la prosodie classique.

Corinne Zogata