mercredi 27 mai 2020

Tout est vrai même ce que j'ai inventé


Options d'achat
Format 15*21 cm, 88 pages N&B.

Pour vous faire une idée, vous pouvez en consulter les premières pages ici

Pour les professionnels (libraires) : Joignez-moi par mail pour application de mes tarifs de vente aux professionnels. Dépôt-vente possible. 
____

Nouvelles
____


Il y a le théâtre

Il y a les chansons

Il y a le grand écran

Il y a la vie

Il y a des routes. Des forêts de pins. Ta peau. Le big blue sky.
Des villes. La Méditerranée des origines.

Le théâtre encore.

Neuf récits courts. La vie et la scène. La scène et la vie. Frontières mouvantes...
Bernard Salva se partage entre théâtre, musique et écriture.

2 commentaires :

  1. De Tout est vrai même ce que j'ai inventé de Bernard Salva,

    j'ai aimé rencontrer cet univers, et tous ces mondes qui le composent : une époque, une autre, un lieu, une femme, une autre femme, une pièce de théâtre, un morceau de musique, une éclipse, une étoile, un autre lieu, le même désir, une autre femme, un récit, puis un autre, 9 nouvelles, déjà lues, et une présence qui reste en creux de tout cela : un auteur très singulier, qui dévoile ouvertement certains moments intimes, et qui conserve néanmoins la pudeur d'un rythme haché pour ne jamais s'exhiber longuement. Comme s'il taillait dans son expérience les moments les plus vifs, les souvenirs racontés (inventés ou non) semblent être ceux dont l'émotion affleure et le désir tournoie, ceux où la réplique digérée s'impose à la bouche et le refrain vient par l'oreille, ceux où le sentiment d'existence concentre son sel.

    En tant que femme, c'est toujours pour moi une expérience très forte de lire dans la voix d'un homme qui se raconte sensiblement. Un fascinant mystère, qui se laisse approcher autant qu'il se renforce, pour moi, tout au long de la lecture.

    Sans chercher à imposer un style sophistiqué, l'auteur manie les rythmes avec talent. Ses décors, il les pose en quelques mots. D'une ambiance, d'une silhouette sortent une femme, un souvenir, une émotion... Les ellipses et les ruptures ont la politesse de réserver parfois la plus grande densité au silence, et à l'après-texte, ce qui résonne encore après la lecture.

    Il y aurait de quoi attendre les prochains livres ! Je trouve celui-ci très réussi.

    RépondreSupprimer