jeudi 11 juillet 2019

Critique de Trésor

Merci de tout coeur à Jean-Paul Gavard-Perret pour cette critique de Trésor, de Marine Rose, parue sur le site lelittéraire.com et que je reproduis ici



Marine Rose, Trésor
Réalisme enchan­teur

Marine Rose trans­forme sa vie amou­reuse en un réa­lisme enchan­teur. Jamais de sau­va­ge­rie même dans la sen­sua­lité. Juste le sus­pens de la caresse du regard sur le bord d’une robe, d’une den­telle et de la che­ve­lure.

Les formes s’arrêtent tou­jours avant le point de non-retour ou d’ébullition de divers “trésors”.

Reste une part de désir où la béance de l’indicible garde tout son sens. Les des­sous chics sortent de l’état de simple gaine, four­reau ou étui. Ils rede­viennent des signaux et échappent à la seule fonc­tion de com­mu­ni­ca­tion et de réfé­rence.

Ils atteignent un rôle supé­rieur en ouvrant l’imaginaire par ce que la créa­trice éprouve.

Elle  cherche uni­que­ment la beauté, l’éclat du pay­sage et l’entièreté de son être. Il nous reste à par­ta­ger cette marche au fil du temps dans une rhé­to­rique sans arti­fice : la sim­pli­cité est là pour sug­gé­rer la néces­site vitale.

L’impact de corps devient le sym­bole d’une exis­tence où l’amour ter­restre est méta­mor­phosé là où les yeux de la créa­trice percent le jour. Elle s’y assume, s’y livre dans toute la fémi­nité loin de tout cynisme, vul­ga­rité ou pusillanimité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Aucun commentaire :

Publier un commentaire