vendredi 24 mai 2019

Critique de Bonjour Tendresse

Marine Rose, auteur de Trésor et Le Nénuphar et la Grâce, nous offre une critique littéraire de Bonjour tendresse, anthologie de poèmes roumains sélectionnés et traduits en français par Amalia Achard (qui fait par ailleurs partie de la liste des poètes de cette anthologie).



Des poésies roumaines dont la traduction réveille la beauté de la langue française !


Découvrir les auteurs roumains du recueil « Bonjour tendresse » - Ion Ţoanţă, Dragos Niculescu, Alice Puiu, Dan Vîţă, Tudor Gheorghe Calotescu et Amalia Achard – fut pour moi un immense plaisir ! J’avais pour la première fois ouvert les fenêtres de mon esprit à l’univers de la poésie roumaine en découvrant Ionuţ Caragea, et grâce aux éditions Stellamaris j’ai pu poursuivre mon périple enchanteur de lectrice de poèmes roumains, qui m’ont mille fois surprise !

Ce recueil dont la composition fut arrangée par Amalia Achard, la traductrice également auteure, met en scène des poètes excellents qui se complètent dans une œuvre comparable à une pierre précieuse de la littérature contemporaine, chacun apportant la facette qui surprend et qui touche, au sein d’une parole infiniment maîtrisée. 

Cette littérature ailée venue de Roumanie est brillamment traduite par Amalia Achard, la traduction ne semble rien lui enlever, à tel point que me suis posée au fil de la lecture maintes fois cette question : « Comment la traductrice a-t-elle pu parvenir à rendre ce rayonnement fluide des vers avec autant de rimes retrouvées ? »

Les vers propulsent tellement de beauté sous les yeux du lecteur qu’il pourra lui sembler redécouvrir la beauté de sa propre langue. Il m’a semblé que les mots étaient comme réinventés, magiques et riches de reflets auparavant inexplorés, sources prodigues d’inspiration, se faisant flots où se mêlent profondeur spirituelle et splendeur des manifestations en de géniales unicités de style et de teneur. 

Chaque auteur est présenté avant l’échantillon sélectionné de sa poésie, et les personnalités très différentes offrent un riche éventail au recueil, mêlant des voix féminines et masculines très variées où l’on peut cependant reconnaître un certain air de patrie.

J’ai beaucoup aimé les visions du quotidien de Ion Ţoanţă, les éclats de tendresse de Dragos Niculescu, la philosophie amoureuse et cosmique d’Alice Puiu, l’érotisme sauvage et mystique de Dan Vîţă, la pensée en vols infinis de Tudor Gheorghe Calotescu, la voix assoiffée de pureté d’Amalia Achard, et il conviendrait bien-sûr d’en dire plus. Chaque auteur trouve sa place avec évidence, surprenant le lecteur comme par la flore poétique d’un jardin composé par le génie. Le vocabulaire est tellement riche, surprenant, foisonnant, et pourtant les poèmes volent avec spontanéité – et je voudrais souligner ce point si important qui manque bien trop souvent dans la littérature contemporaine française – avec un vrai sens du Sacré.

Allier ainsi une densité littéraire réelle quant à la forme et au fond à une légèreté aussi mystique relève d’un grand don, d’une sensibilité hors norme. Je ne peux que saluer l’épanouissement littéraire de ces auteurs et l’initiative additionnée d’un colossal et somptueux travail de la part d’Amalia Achard, une poétesse écorchée vive dont la larme toute enfantine semble faite pour abreuver et laver ce monde.

Un poème que j’ai choisi, de Dragos Niculescu, bien qu’il ne soit plus de saison :

Nuit d’hiver

Puisque la nuit vient de tomber
et que dehors il neige duveteux,
allumons un feu de cheminée 
et regardons, tous deux, silencieux.

Écoutons juste le crépitement 
d’un cœur de bûche embrasée 
couvrant le sinistre gémissement 
d’un loup de montagne enneigée.

Laisse-moi poser ma tête sur tes genoux
et restons sages comme deux enfants,
que je caresse tes fins cheveux 
jusqu’à ce que tu t’endormes, rêvant.

Regardons le feu comme dans une glace…
Dans le bûcher, quel futur se démène ?
L’instant passager, laisserait-il la trace
d’un sillon de charrue sur l’éden ?

Ou alors les saints nous trahiront 
et dans ce lieu, selon un livre 
que seuls, jamais nous ne lirons,
serons-nous emmenés à vivre ?

Mais comme cela sent bon le thé ;
et derrière la porte, quelle tempête !
Sous la neige se taisent les clochettes
comme dans des mains ôtées de poupée.

Les heures s’entassent, endors-toi, trésor,
je veillerai sur ta beauté allongée 
et couvrirai de tendresse ton corps
que la lune, par la fenêtre, avait baigné.

1 commentaire :

  1. Une critique qui m'émeut profondément. Merci Marine Rose et merci à vous, Michel!

    RépondreSupprimer