samedi 16 février 2013

Critique littéraire de "Chemin", de Fernando Bronchal

Florence Houssais, auteur de "L'âme soeur", de "Un an sans Élie" et de "Je suis toujours une petite soeur" (à paraître), nous offre cette critique littéraire de "Chemin", de Fernando Bronchal




Chemin

En lisant votre carnet de route, ma critique s'est muée en rêverie poétique. Je me suis égarée sur votre Chemin de Vie, le parsemant de quelques pensées :
De la vie, vous dites qu’il faut la vivre jusqu’au bout, picorer les miettes du bonheur. Vivre demande parfois du courage alors vous adoptez une posture d’insouciance, de désinvolture ?

« Et je marcherai
Sur les mains
Sans me soucier
Des heures
De fermeture
Et sans me demander
De quoi je ferai partie
Quand il sera fermé »

Vivre c’est explorer, c’est cheminer entre deux espaces inconnus, se donner entier sans frilosité, communier avec l’univers. Vivre c’est se promener dans un musée de cicatrices ou de plaies à vif sans se laisser submerger par les regrets. Vivre c’est avoir la certitude de la permanence de l’âme après la mort :

Un jour je rejoindrai
Le peuple qui marche avec le vent
Je rejoindrai le peuple
De ceux qui parlent avec le vent
Ce peuple très ancien
Sans origine
Ni destin
Ce peuple de cendres
Toujours sur les chemins

Je partage avec vous la prophétie du vent : Le chemin est infini, notre âme est immortelle. Écrire c’est la suprême liberté, l’ultime victoire sur le néant.

Malgré l’usure
Malgré l’érosion
Malgré l’éclatement des pierres
Ecrire
Malgré le grand éboulement
Ecrire
Parmi les gravats
Ecrire
À même les décombres

Merci Fernando de m’avoir ouvert de nouvelles voies et me permettre désormais d’emprunter d’autres rêves de chemins.

Florence Houssais