samedi 6 janvier 2018

Une interview d'Emmanuel Anzeraey, auteur de Rêveur d'Opium, par Ouest France

Vous trouverez ci-joint une interview d'Emmanuel Anzeraey par Ouest France au sujet de son dernier roman, Rêveur d'Opium.


Un voyage à Londres pour les fêtes ?

L’action du dernier roman d’Emmanuel Anzeraye, Rêveur d’Opium, se situe dans la capitale de l’Angleterre, à la fin du XIXe siècle. Une enquête aux limites du surnaturel.

Entretien

Emmanuel Anzeraye, auteur de Rêveur d’Opium. La vie d’un jeune aristocrate s’organise entre des cours donnés à la Faculté des sciences de l’ingénierie et son projet de création d’automate. Elle bascule progressivement lorsqu’il se trouve confronté à des phénomènes surnaturels. Sa foi en la science commence à vaciller.

Comment est né votre goût de l’écriture ?

Tout jeune, j’écrivais des nouvelles, des scénarii pour jeux de rôles dans diverses revues spécialisées. Je m’intéressais à des auteurs comme Moorcock, Zelazny ou Edgar Allan Poe qui écrivait certains récits où le fantastique rejoint parfois l’énigme policière.

Votre roman se passe à Londres ?

C’est une ville remarquable, j’ai toujours été passionné par cette ville. J’y suis resté plusieurs mois en immersion. J’y ai effectué des repérages, obtenu des plans de métro de l’époque, me suis documenté sur les costumes. On peut dire que ce roman, c’est aussi une balade touristique dans le Londres de l’époque.

Ça se passe à la fin de la période victorienne ?

C’est une période particulière, où les sciences occultes côtoient la science, qui n’est pas aussi avancée qu’aujourd’hui. C’est le temps des sociétés secrètes, comme l’Aube dorée ou l’Hellfire club, des alcôves aux vapeurs d’opium. Cette histoire, c’est l’enquête d’un personnage dont le quotidien rencontre le surnaturel et le fantastique.

Vous avez changé d’éditeur ?

Je travaille avec Michel Chevalier, qui tient une petite maison d’édition à Brest, Stellamaris. Avec lui, c’est un vrai travail d’équipe. Sa relecture apporte une vraie valeur ajoutée.

À qui s’adresse votre roman ?

À tout le monde, à partir de 15, 16 ans, même si on n’est pas passionné par les thrillers fantastiques. Alors pourquoi pas au pied du sapin ?



Pour lire l'interview complète, avec la photo de l'auteur, c'est ici